CMPN NORD du 2016-03-20
 


Opération "reprise de guidon" avec la délégation de la SOMME

Opération de sécurité routière « reprise en main du guidon » à Amiens.

L'opération « Reprise en main du guidon » de la préfecture porte bien son nom. Hier, les motards affichaient des niveaux différents, et les parcours lents étaient les plus compliqués.
Les plateaux (parcours avec plots) des inspecteurs du permis de conduire étaient identiques à ceux de l'examen. Et tandis que sur les pistes du centre rue Terral (Amiens-Nord) certains étaient tranquilles au guidon d'un modèle « grande routière avec valises » d'autres patinaient avec du plus léger. Mais tous étaient conseillés par la brigade motorisée de la gendarmerie. « C'est amusant de refaire ces parcours. On voit qu'on a pris de mauvaises habitudes », explique Myriam au guidon d'une 750 Honda. C'est d'ailleurs sur le lent qu'elle a eu plus de difficultés. Ici, le moteur reste en première, sans freiner, le pilote passe les obstacles sans poser pied au sol… Ce ne fut pas le cas de tous.
Que dire du parcours des motocyclistes de la police nationale, proche de ceux qu'ils utilisent lors de championnats entre brigades. « Il y a moins de candidats pour venir ici ! Aller vite en ligne droite, tout le monde peut le faire. Se jauger en maniabilité devant les copains, c'est autre chose », sourit le brigadier Christophe Daullé. Il y a eu des courageux. Mylène, 25 ans, dont quatre de permis. Deux mètres dans le slalom lent et c'est la chute. « Mon père est tombé au même endroit et aussi mon parrain », se marre-t-elle. Ici les policiers insistent sur une chose qu'un motard ne doit jamais oublier : « La moto va toujours là où tu regardes. Tu dois donc toujours regarder devant », explique le brigadier.
Slalom, attraper une barre d'une main et la faire tourner sur son axe tout en roulant, prendre une balle de tennis d'une main, la déposer ailleurs avec l'autre, porter un bidon et le poser dans un pneu, et le clou du spectacle : monter sur une planche à bascule et redescendre sans caler. Ajoutez les contrôles sonores par la police municipale (sans verbalisation)… voilà comment hier plusieurs dizaines de motards ont fêté le retour du printemps. Une saison où les autorités demandent de retenir les envies de lâcher les gaz contenus tout un hiver. La préfecture et la Fédération des motards en colère rappellent que dans la Somme, en 2015, six motards sont morts, 123 ont été blessés.
DAVID VANDEVOORDE
 

[Photo]